13
avril

5 hommes s'approchent d'une fille trisomique et font quelque chose qui met les larmes aux yeux !


Caterina est une jeune femme qui souffre du syndrome de Down !

Elle travaille dans un MacDo à Rome, en Italie !

C’est son copain Salvator qui a voulu lui préparer une surprise de taille à son travail. Alors qu’elle était en train de faire le ménage, 5 hommes sont arrivés dans le FastFood et ont commencé à chanter en l’entourant.

La jeune femme n’y a pas compris grand chose, jusqu’à ce qu’elle aperçoive Salvator derrière eux…

Voici la suite:

 

Etre différent, c'est normal!


L’histoire de ce garçon “normal” accueilli dans une classe de trisomiques changera votre regard sur la différence

Et si les rôles étaient inversés ? A l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, la fondation Jérôme Lejeune a réalisé cette belle vidéo qui nous apporte une autre vision de la différence.

27
févr.

A lire: Mon fils est trisomique et alors ?


Ecrit par Rossana, bien connue de notre association pour avoir été membre fondatrice de JET et pour l'investissement qu'elle a pu donner au sein de l'asbl.  Nous pouvons que vous conseiller de le lire et la féliciter! Bravo!

1510990_1025426480807751_8140064539087039525_n.jpg

  • Auteur: Rossana Tricoli
  • Editeur : La boite à pandore (29 janvier 2015)
  • Collection : Témoignages & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2875571370
  • ISBN-13: 978-2875571373

"Il est des projets que l'on commence dans sa tête et qui n'aboutissent jamais. Où trouver le temps, l'énergie? Il m'en reste déjà si peu...

Grâce aux encouragements de mon mari, j'ai grapillé quelques minutes par-ci, quelques minutes par- là, pour enfin réaliser ce rêve fou, celui de partager avec vous l'histoire qui allait changer à jamais le cours de ma vie, le cours de notre vie.

Lorsque je vois la fierté dans les yeux de mes enfants, l'émotion qui nait en  moi est indescriptible.

Un livre, j'ai écrit un livre...Moi, qui n'ai jamais eu vraiment confiance en moi, je peux enfin dire que j'ai été jusqu'au bout de mon rêve.

Vous trouverez ci-dessous un résumé de ce livre qui correspond à merveille à ce que j'ai tenté de partager. Merci Laurence Gourgues pour ce texte qui nous correspond si bien!"

"Simon, c'est un fantastique loulou, joyeux, coquin, malicieux, parfois timide, souvent très prévenant. Il a la chance d'être bien entouré, et dans son cas, c'est vraiment une chance! Une maman "louve", un papa "clown.... mais sérieux quand même", Amélie "apprentie louve" et Rosa l'espiègle. Des grands-parents gâteaux, "à l''Italienne... non, pire, à la Sicilienne!" Une famille top de chez top. Des amis à la pelle. Mais ne vous y trompez pas, ce n'est pas le pays des Bisounours.... Il en a bavé le p´tit loup, et les siens avec lui.
Avec ce livre, vous rirez, pleurerez, sourirez, méditerez, vous aurez de la peine, du chagrin, de la joie, de l'amour, du bonheur. La plume de l'auteur est vive, franche, douce, tenace, colérique, sereine. Elle pose un regard, des questions, des suggestions, des vérités pas toujours bonnes à dire. Elle vous emmène dans une aventure dont vous ne sortirez pas indemne. Vous ne serez plus la même personne une fois le livre fermé! Et puis surtout, vous aurez un autre regard sur la différence. La différence? Car j'oubliais l'essentiel, quoique : Simon est trisomique 21.
Et ce livre est écrit par sa maman, Rossana. Elle nous livre des moments de vie.... Et c'est percutant. Ce livre devrait être lu, effectivement par des personnes concernées directement par la trisomie 21, mais pas que! Il devrait atterrir également entre les mains de n'importe quel citoyen lambda, des professionnels de la santé, de l'éducation, des fonctionnaires, des politiques....
Pourquoi me demanderez-vous ? Tout bonnement parce que les personnes trisomiques sont des citoyens à part entière, comme vous, comme moi. Parce que Simon est un adolescent, un homme en devenir. Laurence Gourgues."

source: http://simonpasapas.blogspot.be/

10406970_374937446021685_8086626040152627640_n.jpg

Pour plus d'informations:

http://simonpasapas.blogspot.be/

www.facebook.com/monfilsesttrisomiqueetalors?fref=ts

 

24
déc.

Le recruteur


 

"Le recruteur" de Genevieve Clay-Smith et Robin Bryan

Thomas Howell attend nerveusement son entretien d’embauche dans un cabinet d’avocats réputé. Un jeune trisomique vient le chercher. Il se présente comme Paul Dexter, son supérieur hiérarchique potentiel, et prie Thomas d’entrer dans son bureau. Le candidat ne sait trop quoi penser et demande poliment si quelqu’un d’autre va les rejoindre pour l’entretien. Paul répond par la négative et lance une remarque désobligeante sur la cravate de Thomas. L’entretien devient de plus en plus absurde, avant de prendre un tournant inattendu.

Née en 1988 à Newcastle, Australie, Genevieve Clay-Smith a étudié à la Hunter School of Performing Arts de Broadmeadow. En 2009, elle est récompensée au Festival Tropfest. Elle défend les valeurs de justice sociale et d’inclusion de personnes ayant un handicap. Robin Bryan est la co-réalisatrice de ce film.

Source: ARTE

 

13
août

« Une grande performance mérite un grand public » - Campagne Jeux Européens d’Été Spécial Olympics 2014


proxy.jpgCette compétition opposera des athlètes handicapés venus de toute l’Europe du 9 au 20 septembre dans la province d’Anvers.

Sous la bannière de la campagne « Une grande performance mérite un grand public », Kevin De Bruyne, Jean-Michel Saive et Kim Gevaert ont prêté leur image afin de sensibiliser à la trisomie 21.

On peut voir les visages des trois sportifs modifiés comme s’ils étaient atteints par la trisomie 21. Ces clichés sont légendés par une phrase « Seriez-vous toujours un de mes fans si mon apparence était celle-ci ? ».

 

 

JET 21 soutient les Jeux Paralympiques Européens d'Anvers et François Legrand, le président de l'association et Sébastien, son loulou, en parle dans le JT de RTL.
Et vous?
Allez-vous les soutenir?

 

Dans un tel reportage, la totalité de notre intervention n'est jamais reprise intégralement.  Il me parait important de compléter et préciser ce que j'ai voulu transmettre comme message.

Pour démystifier, sensibiliser à la trisomie 21 et plus généralement la déficience mentale, les campagnes sont importantes.  Cette campagne peut-elle choquée ?  Il y a certainement des parents, .. qui pourraient être choqués mais pour une meilleure intégration de nos enfants, je pense qu'il faut sensibiliser et une telle campagne portée par des personnalités aura évidemment bien plus d'effet et de poids qu'une campagne faite par une petite association.

Les personnes trisomiques ont pour beaucoup, la particularité d'avoir certains traits physiques, en plus de leur déficience mentale, ce qui attire bien souvent tous types de regards...  Le fait d'avoir transformé leur visage permet à mon sens une meilleure sensibilisation: "Seriez-vous toujours un de mes fans si mon apparence était celle-ci ?" et l'espoir que les regards puissent changer.  Ce que j'espère c'est qu'à terme, on pourra faire cette campagne avec des athlètes déficients mentaux reconnus par leur performance et que les stades se rempliront !

Tout comme j'espère que des campagnes de sensibilisation seront également faite sur l'intégration, l'inclusion de nos enfants au sein de la société et pourquoi pas de voir un de nos loulou en compétition aux côtés de Jean-Michel Saive par exemple :-)

12
juin

Magnifique message d'un fils trisomique à son papa à l'occasion de le fête des pères


Très belle vidéo de la fondation Lejeune !

19:26 Écrit par F LEGRAND dans Film/Reportage/témoignage | Lien permanent | Commentaires (1)

21
mars

Interview de Pierre Oleffe à l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21


07
févr.

A Rome, succès d'un restaurant qui emploie des trisomiques


 

"Girasole, orange, 18" : la pizza est à peine sortie du four à bois qui trône au milieu de la Locanda dei Girasoli, que Samuele, le pizzaïolo, donne les consignes à Alessandro, jeune serveur trisomique de 28 ans.

Le code est simple et désormais rodé, le service rapide et efficace: nom de la pizza à servir, couleur d'une des trois salles où le client l'attend, numéro de la table où il est assis.

"Mes serveurs font le travail et le font très bien. Quand l'un d'eux n'est pas là, je galère", reconnait Ugo Menghini, chef de salle depuis six ans dans ce restaurant un peu spécial caché au sud de Rome. "Si je devais ouvrir ma propre affaire, je n'hésiterais pas, j'engagerais des trisomiques".

Née en 2000 à l'initiative de parents d'enfants atteints du syndrome de Down, la coopérative I Girasoli ("les tournesols") travaille à l'insertion professionnelle des personnes trisomiques. Le restaurant la Locanda dei Girasoli en est la traduction concrète.

"Sur les 18 personnes qui travaillent à la Locanda, 13 sont trisomiques", détaille fièrement Enzo Rimicci, président de Consorzio Sintesi, société coopérative sociale spécialisée dans le travail pour personne handicapée et récent repreneur du restaurant.

Pas épargnée par la crise, la Locanda dei Girasoli a du se restructurer pour ré-ouvrir ses portes en novembre 2013 après plusieurs mois de travaux. "Tout est autofinancé, sans aide de l?État", insiste Enzo Rimicci, qui emploie par ailleurs des handicapés pour trois call centers de Wind, opérateur téléphonique italien.

"L?État pousse à l'assistanat, nous, on privilégie l'insertion professionnelle", martèle à l'AFP le président de la Locanda. Aujourd'hui, sur les treize "ragazzi Down", comme Enzo Rimicci aime les appeler affectueusement, neuf sont encore stagiaires. Le recrutement est rigoureux. La formation pointue.

Franchiser le concept

Après 600 heures de stage rémunéré, Simone, affable et adepte du bon mot, a obtenu à 24 ans un CDI. "J'adore être en salle, surveiller, me rendre disponible, être au contact des gens et surtout je prends du plaisir à être ici", raconte-t-il.

Le matin, quand le restaurant est fermé, une autre équipe fabrique cookies, gâteaux secs et autres douceurs. "En fonction de leurs aptitudes, tous nos employés réussissent à trouver leur place. Marco est timide et se bloque en salle, mais en cuisine, c'est une vraie machine", expose le président Rimicci.

Ce soir Anna, 22 ans, ne travaille pas. Elle est venue manger en famille avec ses parents. "Pour nous, pour elle, c'est une grande victoire. Notre fille a gagné en autonomie, quand elle rentre le soir du travail, on la retrouve satisfaite, orgueilleuse de ce qu'elle fait", se félicite, ému, son père Carlo, qui note qu'Anna "a aussi progressé dans son relationnel, son langage".

Un groupe d'amies franchit pour la première fois les portes de la Locanda dei Girasoli, guidées par Simone, menus sous le bras. "On a eu de très bons échos alors on a voulu venir", explique l'une d'elles. "Disons que c'est un restaurant normal, à ceci près que les serveurs sont sympathiques", s'amuse une autre.

"Quand tu arrives ici pour la première fois, tu as des a priori, mais très vite tu te rends compte qu'ils n'ont pas lieu d'être", dit entre deux bouchées de pâtes à l'amatriciana, Giuseppe, un instituteur de 64 ans, habitué de ce restaurant à la décoration sobre mais chaleureuse, où l'emblème du tournesol est présent des murs au menu en passant par les polos des serveurs.

"Vu de près, personne n'est normal" dit le proverbe romain qu'Enzo Rimicci se plaît à répéter. Et ce qui est vrai à Rome va aussi l'être en Sicile, avec l'ouverture d'une autre Locanda dei girasoli prévue à Palerme. Le président de la coopérative réfléchit même à "franchiser le concept".

 

Source: AFP-07/02/14

 

 

 

 

 

20
nov.

Journée nationale de la trisomie 21 en France: Eléonore Laloux exprime ses sentiments suite à des propos scandaleux



Dans le cadre de la journée nationale de la trisomie 21 chez nos voisins en France, Eléonore s'exprime et réagit à travers une vidéo sur des propos scandaleux tenus dans le cadre d'une émission.  Le 05 octobre 2012 dans l'émission "La tête au carré", il était évoqué le nouveau test susceptible de diagnostiquer la trisomie 21 en tout début de grossesse. 

Si je pense que ce nouveau test mérite un débat et que chaque personne ( en premier lieu les futurs parents concernés) a le droit d'avoir son opinion et sa vision sur ce sujet sensible, je m'insurge de tels propos surtout de la part d'un "professionnel"

"Pourquoi faut-il conserver les trisomiques qui sont quand même un poison dans une famille"...

 

N'hésitez pas à visionner, ci-dessous, la réaction d'Eléonore

"On est comme les autres et on vit comme les autres!"

 

 

 

11
nov.

Trisomie 21: Film "Aléa" / Témoignage d'un papa


Envi de vous faire partager ce témoignage poignant à travers un court métrage réalisé par Eric Deschenes, papa d'un enfant trisomique.

"Il a été très difficile de réaliser ce court métrage, car je devais dévoiler mes sentiments aux autres. À l'écriture du texte, jai utilisé des mots terribles dont javais honte. Ces mots qui mhabitaient ont finalement été dits dans le film. Lors de la première présentation dAléa, jai réalisé que mes émotions, très personnelles, étaient finalement universelles. Ce film a dabord touché mes proches. Ils pouvaient enfin comprendre la culpabilité, la peur et le sentiment dimpuissance en moi. Des pères et des mères ont vu et entendu avec beaucoup démotions ce court métrage. Jai voulu exprimer avec sincérité et sans retenue ma pensée. Le fait de vivre une expérience aussi difficile ma donné la force de me surpasser et daccepter Étienne avec un réel bonheur malgré sa condition. Il me fait plaisir de remettre ce film au Regroupement pour la Trisomie 21 qui se chargera de la diffuser et je souhaite, de tout cœur, quil puisse aider certaines personnes à dévoiler leurs sentiments."

 Réalisateur : Eric Deschênes

Source : Regroupement pour la Trisomie 21 - http://trisomie.qc.ca/