16
déc.

Favoriser les aménagements raisonnables


Journée internationale des personnes handicapées

Favoriser les aménagements raisonnables

An. H.

Mis en ligne le 03/12/2009

Le Centre pour l’égalité des chances propose deux carnets pratiques pour aider les fournisseurs de biens et services.

A l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme veut attirer l’attention sur le concept d’aménagement raisonnable.

Pendant longtemps, les politiques relatives aux personnes handicapées se sont concentrées sur la prise en charge en institution, la réadaptation médicale et les prestations sociales. Une conception qui place la personne handicapée comme objet de mesures sociales et pas comme un sujet doté de capacités, en droit d’être un citoyen actif. Ce modèle fait du handicap une caractéristique intrinsèque de la personne, au lieu d’envisager la personne handicapée de manière plus globale.

Sous la pression des mouvements de défense des droits des personnes porteuses de handicap, la perspective s’est désormais inversée. Même si la déficience a une réalité objective, l’incapacité est davantage attribuable au fait que la société ne tient pas compte des besoins des personnes handicapées, souligne le Centre. Selon cette conception, le handicap résulte d’obstacles empêchant les personnes de participer pleinement à la vie en société. Conséquence logique : pour que la société soit adaptée à tous, il faut prévenir et éliminer ces obstacles. Le concept d’aménagement raisonnable est apparu dans de nombreuses législations. Il s’agit de prendre des mesures concrètes qui permettent de neutraliser, dans la mesure du possible, les effets négatifs d’un environnement inadapté sur la participation d’une personne handicapée à la vie en société. Le refus d’aménagement raisonnable peut constituer une discrimination au sens de la loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimination, ajoute le Centre.

Un exemple d’aménagement raisonnable ? Un hôtel met à la disposition de sa clientèle à mobilité réduite un local où elle peut recharger ses fauteuils électriques. Un autre ? Témoin d’un accident, une personne muette a été reçue par un policier maîtrisant la langue des signes et a ainsi pu faire une déposition.

Le Centre a présenté dix carnets pratiques créés à partir de cette recherche et destinés à aider concrètement les fournisseurs de biens et de services à proposer des aménagements raisonnables pour leur clientèle présentant un handicap ou à mobilité réduite.


La Libre Belgique, An. H.

En savoir plus: télécharger sur

ou sur simple demande au 02.212.30.00 ou epost@cntr.be.

09:51 Écrit par F LEGRAND dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.